Kebweb.tv, le carrefour des webtélés

Québecois

Bonne fête Kebweb!

Kebweb.tv souffle aujourd’hui sa première chandelle.

Pourtant, quand je pense à ma première rencontre avec Isabel Dréan et Simon Côté, les fondateurs de Kebweb, j’ai l’impression que ça fait vraiment longtemps. Il faut dire qu’avec tout ce qu’ils ont accompli, avec toutes les séries diffusées, les prix remportés, les contacts qu’ils ont créé, on a en tête que la plateforme indépendante que nous connaissons maintenant si bien existe depuis belle lurette. Mais non. Voilà tout juste un an qu’on nous y présente des « making of », des documentaires pertinents, des blogues d’actualité, des webséries drôles, musicales, intenses, étranges, mais surtout, de la webtélé indépendante. Depuis un an, un grand nombre de producteurs, de réalisateurs, d’acteurs, de techniciens, de musiciens, bref d’artisans d’ici ont pu trouver un « refuge », un réseau où partager leurs œuvres. Et tout ça, c’est aussi grâce à vous, doux public, friand de bonne webtélé. C’est le public, en quelque sorte, qui donne vie aux séries, qui les aiment, qui les commentent, qui les partagent. Sans le public, rien n’est possible.

C’est pourquoi pour le premier anniversaire de Kebweb.tv, j’ai envie de vous rappeler toutes les manières possibles d’encourager la webtélé indépendante. Facile, me direz-vous. Pas tant que ça, vous rétorquerai-je. Quand on parle de webtélé indépendante, on parle aussi de : pas tellement de budget. Ce qui implique tout de suite qu’on peut oublier les panneaux aux coins des rues et les publicités à heure de grande écoute à la télé. Les moyens les plus efficaces de faire connaitre une série-web indépendante sont donc le bouche à oreille et les réseaux sociaux. Voici quelques petits trucs rapides qui pourront vous aider à aider vos émissions préférées, en toute simplicité.

Sur Facebook :

  1. Cliquez « j’aime » sur les liens ou les vidéos de la série. Saviez-vous que les liens/vidéos/statuts qui restent le plus longtemps dans le fil d’actualité de Facebook sont ceux qui sont les plus « likés » et commentés? Plus il y a d’activités autour d’un lien, plus longtemps celui-ci sera vu.
  2. Commentez. En plus de la raison précédente, les créateurs d’une série sont toujours contents d’avoir vos impressions.
  3. Partagez les liens et incitez les gens à le faire. C’est tellement simple. Cliquez « partager », inscrivez votre commentaire et le tour est joué. Plus il y a de liens en circulation, plus il y aura de cliques. C’est logique.
  4. Devenez fan des pages Facebook de vos séries fétiches. Vous en rehausserez la côte de popularité, et vous serez au courant de toutes les nouvelles relatives aux dites séries.
  5. Partagez les pages. Vos amis découvriront peut-être une série que vous aimez, aidant ainsi à en élargir le nombre de fans!

Sur Kebweb ou autres sites de webtélé indépendante

  1. Cliquez « j’aime » sur les vidéos directement sur le site. Ça l’inscrira aussi sur Facebook, ce qui vous fait deux pierres d’un coup.
  2. Commentez les vidéos sur le site (si c’est possible). Sur le nouveau Kebweb ça l’est. Lorsque vous le faite, le commentaire est affiché sur votre profile Facebook, donnant la chance à vos amis de voir et de participer directement au fil de conversation sur le site.
  3. Twittez. Évidemment, il faut que vous partagiez les liens avec vos amis de la Twittosphère! Qui sait, ça pourrait se rendre à la portée d’un journaliste curieux, ou aux oreilles d’un animateur radio qui aurait envie d’en parler à son émission du matin? Vous avez un problème avec vos 140 caractères? Le site http://bitly.com/ est là pour réduire vos liens.
  4. Achetez les produits dérivés. Allez les fans, informez-vous de ce que vous pouvez vous procurer : T-shirt, tasses, stickers, DVD, etc. Vous aurez fière allure, et vous aiderez financièrement une série ou un site. (Pssst : dès le mois d’octobre, Kebweb aura une boutique et vous pourrez acheter leurs t-shirts!)
  5. Faites des dons. Si le site l’offre, pourquoi pas? Si le cœur vous en dit et que vous vous sentez généreux, il n’y a personne en webtélé indépendante qui refusera!

Vous voyez, ce n’est pas compliqué, mais ça demande de la rigueur. Ce sont ces petits gestes quotidiens qui comptent beaucoup pour des personnes qui ont donné cœur, âme et souvent, portefeuille pour arriver à vous présenter ce que vous voyez maintenant sur Kebweb.tv. Soyez curieux, le web québécois est plein de petits bijoux qui ne demandent qu’à être découverts. Participez aux concours. Si vous tomber amoureux d’une websérie, parlez-en à au moins un ami. Vous ne savez pas à quel point ça fera chaud au cœur de l’artisan qui verra UN clique de plus sur sa vidéo. La webtélé, plus particulièrement l’indépendante, est soutenue par les fans. Plus une série est vue et partagée, plus elle a de chance d’obtenir une subvention dans le futur. Dites-vous que par ces petits gestes quotidiens, vous participez à l’économie québécoise en développement. Et ce, en direct de votre salon. C’est pas beau, ça?

Pour terminer, je veux souhaiter encore une fois un joyeux anniversaire à Kebweb.tv. Merci aux créateurs et fondateurs de nous avoir permis de nous réunir, de nous sentir plus forts, en communauté. Merci de m’avoir donné la chance de tenir ce blogue. Merci aux créateurs de webtélé qui nous font vivre des émotions intenses en cinq à dix minutes, qui créent des univers que nous ne verrons nulle part ailleurs, qui nous font découvrir de jeunes talents insoupçonnés. Et merci au public, aux « geeks », aux enfants, aux ados toujours branchés et à leurs parents parfois dépassés, aux fans finis, aux lecteurs de blogues, aux gens comme vous et moi, toujours fidèles, au rendez-vous.
La webtélé indépendante et Kebweb.tv ne pourrait rien célébrer sans vous.

C

Publicités

On the Spot : Philippe Touzel

On aime donc ça quand un « p’tit gars de chez nous » s’illustre à l’extérieur. Hé bien voilà de quoi nous réjouir : Philippe Touzel. Son nom est sur toutes les lèvres, puisque le jeune homme originaire de Sept-Îles est le seul québécois à avoir été choisi pour participer à l’un des plus importants concours web mondial du moment, On The Spot.

On The Spot, c’est Johnny Wright (manager de groupes pop comme New Kids on the Block, Backstreet Boys,*NSYNC, Jonas Brothers et d’artistes comme Janet Jackson, Justin Timberlake et Britney Spears, etc.) et son équipe d’experts qui veulent former le prochain « band » de l’heure. Pour se faire, ils ont auditionnés, grâce à la magie d’internet, des milliers de jeunes chanteurs de partout dans le monde, pour n’en choisir que vingt. Bien sûr, ces jeunes vingt prodiges de la chanson se doivent aussi d’être multi talentueux afin de se rendre le plus loin possible dans l’aventure. Plusieurs défis leur sont imposés, comme d’avoir un style vestimentaire bien à eux, de créer une chorégraphie, de s’approprier un classique de la musique, de faire une collaboration avec un artiste émergent de leur région ou de faire le plus parler d’eux dans les médias. Ils ont une semaine pour réussir chaque défi, semaine après laquelle un ou plusieurs participants sont éliminés selon l’appréciation des juges, en ligne, devant leur webcam chaque vendredi. Lorsqu’il ne restera que huit à dix vaillants jeunes artistes, ces derniers s’envoleront pour Los Angeles, où un camp d’entrainement sévère les attendra. Au programme : répétitions intenses de chant, de danse et de nombreuses entrevues. Ce n’est qu’après ce moment, le 3 juin, que le vrai « band » sera annoncé.

C’est en quelque sorte une web téléréalité, puisque chaque semaine, nous pouvons suivre les participants dans leurs parcours et leurs « challenges », par le billet de vidéos qu’ils enregistrent et diffusent eux-mêmes et de l’émission-web diffusée le vendredi sur http://onthespot.cambio.com/. Philippe, qui est maintenant dans les quinze finalistes, n’en est pas à sa première téléréalité puisque en 2003 déjà, il était l’idole des jeunes du Québec grâce à sa participation à l’émission Phénomia, sur les ondes de Vrak.tv. Ce n’est pas pour rien que les juges semblent définitivement avoir un petit faible pour lui. J

J’ai parlé avec Philippe de cette aventure surréaliste, de comment il à découvert On The Spot et de ce que cela représente concrètement pour lui.

« Je suis tombé vraiment par hasard sur un article de cyberpresse disant que le gérant des Jonas Brothers cherchait son prochain phénomène sur internet. Je me suis tranquillement intéressé au projet pour finalement envoyer un clip de moi chantant « Apologize » de One Republic. Dans la semaine suivante, j’ai reçu un email me disant que
j’étais dans le top 5 des meilleures auditions de la semaine. Finalement, un peu plus tard en février, j’ai reçu un appel de Los Angeles qui allait un peu comme ceci : « Hi Philippe, I’m Justin from the On The Spot team, you’re will be featured in our 2nd episode to form the top 20″. Ensuite j’ai été mis au défi, « on the spot », comme on dit, pour prouver que j’avais ce qu’il fallait pour être dans le top 20. Et me voilà, presque deux mois plus tard, dans le top 15 et pas mal heureux! »

« Je ne réalise pas encore ce qui se passe pour moi… Je me suis embarqué dans ce projet en n’ayant pas trop d’attente. Je voulais lire les commentaires, voir si j’allais avoir beaucoup de votes. Aujourd’hui, avec le défi numéro cinq (Manage the media, je vois que ça devient vraiment gros et que j’ai énormément de support. C’est fou. J’ai peut-être une chance de réaliser mon plus grand rêve (et je n’exagère même pas). Quand on parle de nos grands rêves de jeunesse, hé bien moi ça a toujours été d’avoir une carrière en musique, si possible à l’internationale (quand je me permets d’aller plus loin). Et maintenant, m’y voilà…presque! D’ici là, beaucoup de pain sur la planche. Si je poursuis cette semaine, il me reste deux défis. Après ça, c’est Los Angeles. Ensuite peut-être, la carrière, la vie dont j’ai rêvé depuis longtemps. Tout ça, c’est pratiquement utopique pour moi. Mais de plus en plus étrangement réaliste, aussi. C’est
complètement fou. »

Cliquez « J’aime » sur la page Facebook de Philippe, pour ainsi connaitre toutes les nouvelles récentes sur On The Spot ET l’encourager et le supporter : http://www.facebook.com/home.php#!/pages/Philippe-T-is-On-The-Spot/133258890078255

Visionnez les vidéos de Philippe, inscrivez-vous, votez, commentez le plus possible :

http://onthespot.cambio.com/profile/PhilippeTouz/

Suivez-le aussi sur Twitter @philtouzel

J’ai l’immense bonheur d’être une amie de Philippe, et je peux vous dire qu’en plus d’être beau comme un cœur, excellent chanteur, sociable et charismatique, ce garçon est tout ce qu’il y a de plus gentil, d’humble et de passionné. Il travaille extrêmement fort pour atteindre son rêve, il fait d’immenses sacrifices et ce, sans jamais oublié d’où il vient. Oui, c’est cool la gloire et le succès, mais jamais autant que quand ça arrive aux vraies bonnes personnes.

Go, Phil, Go!


Procrastination 101

Si vous lisez ceci, c’est que vous êtes probablement en train de faire acte de procrastination.

Procrastiner : verbe trans., littér., rare. Remettre quelque chose au lendemain. Exemple : Je devrais remettre un texte aujourd’hui, mais il y a un site vraiment drôle sur lequel je dois fureter plus longuement. Ça attendra à demain. Exemple 2 : Il y a de la poussière dans tous les coins, mais les discussions sur Twitter sont enflammées. J’époussèterai plus tard.

Oui, on le fait tous. Surtout à cause d’internet, disons-nous le franchement, qui nous fournit de plus en plus de raisons de rester scotcher à son ordinateur alors que notre sac de gym accumule les acariens dans la garde-robe. Des fois, je déprime à l’idée de n’avoir rien à faire avant mon prochain rendez-vous de la journée, auquel j’arrive finalement en retard faute d’avoir trop tardé dans un café à jouer à un jeu mettant en vedette les Schtroumfs (oui je suis geek à ce point-là). Avec les multiples réseaux sociaux, les séries web, les sites à potins, on ne sait plus où donner de la tête. On a peur de ne plus être in, et de ne pas connaitre le sujet chaud de l’heure.

Je vous incite donc au vice en vous proposant trois de mes sites chouchous pour la procrastination.

Premièrement, mon péché mignon : Hollywood PQ.

http://hollywoodpq.com/

Hollywood PQ est carrément… un site à potins! En général, je ne suis pas friande de ce genre de sites, mais celui-là est vraiment top. Il couvre vraiment tout! Que ce soit les évènements québécois comme les premières de films, les festivals, les concerts ou  les  scandales Hollywoodiens, les bandes-annonces, les nouveautés télé, les vidéoclips…les blogueurs parlent de tout! Et ce, souvent avant tout le monde. Ils sont maintenant trois : Karine, Kevin et la petite dernière, Julie.

J’ai demandé aux deux vétérans blogueurs (car oui, votre blogueuse glamour les connait) un petit portrait de leur tâche sur le site:

Kevin: Il dit ce qu’il pense sans détour, ne regrette jamais ce qu’il écrit. Il est cru, il doit se contenir souvent. Il s’occupe surtout de la partie « potins Hollywood ». Il tient à ses opinions et est prêt à tout pour les défendre.

Karine: J’essaie de faire rire, j’écris imagé. J’essaie toujours de dire le positif avant le négatif (quand je suis plus crue, dès fois je regrette lorsque j’ai du feedback qui me trash dans les commentaires!). Je m’occupe surtout des potins québécois, mais j’écris aussi ceux d’Hollywood.

Karine me disait aussi, en parlant du site :

« Le site se veut avant tout un site de potins… pas des «nouvelles», mais tout ce qui peut faire jaser. On doit écrire avec un angle éditorial et non journalistique. On se doit d’avoir de la «saveur», de la couleur… bref d’être croustillant à lire, mais en passant en deuxième plan (en évitant de parler au «je» pour ne pas tomber dans le personnel… c’est dur!) le personnage qu’on est, pour mettre l’accent sur la «vedette» Ryan Gosling admettons… parce que c’est elle la vedette bref! »

« L’important c’est de publier le potin avant tout le monde. On trouve nos nouvelles sur le Web, dans les magazines québécois… et bien sûr, sur Twitter et Facebook, qui sont des sources inépuisables! »

Pour tout savoir sur tout (!), vous pouvez aussi suivre Hollywood PQ sur Twitter : @HollywoodPQ

Deuxièmement, ma référence mode : Mode 34b.

http://www.mode34b.com/

En plus d’héberger un blogue extrêmement pertinent sur les dernières tendances, les façons pratiques et abordables de les adopter, les designers en vogue, les évènements à suivre et bien plus encore, le site Mode 34b a sa propre web-série. On y retrouve des portraits de créateurs, des trucs beauté pratico-pratiques et des idées de look astucieuses. Et pourquoi ce site qui parle de mode est si génial? Parce que c’est fait sans prétention, contrairement à beaucoup de choses qui se rattachent au milieu de la mode, et par des filles qui semblent vraiment tripper sur leurs sujets. C’est rafraichissant et adorable. Voici donc un portrait de ces jeunes femmes qui me font souvent rater mon bus :

Patricia : J’incarne Pétra, notre personnage de WebTV qui s’amuse à explorer différents thèmes féminins, « parce que c’est pas facile d’être fifille ». Lorsque je ne suis pas devant la caméra, je fais le montage de nos capsules, j’écris des articles et je suis constamment mode conception/production. Mon nouvel accessoire de mode favori c’est le chapeau noir bohème chic.

Mélissa : La petite dernière arrivée au 34b, je parle de tout et rien, que ça touche de près ou de loin à la mode et aux goûts de mes consœurs de la gent féminine. Mon accessoire mode favoris est, et sera toujours, les souliers. Quand tu portes du 35, c’est difficile à trouver! J’attends désespérément la fin de l’hiver pour pouvoir rocker mes nouvelles chaussures Balenciaga (c’est l’fun avoir des amies qui travaillent dans des maisons de haute couture!)

Jeanne : Je m’occupe beaucoup de la webtélé ; je participe à sa conception, c’est moi qui suis derrière la caméra en général et je collabore au montage. Sur le blogue, je rédige un billet de temps à autre, en  plus de veiller à la qualité linguistique de ceux des autres. J’aime beaucoup les accessoires qui ont un petit look retro/vintage. Ces jours-ci, j’apprécie le headband, bien pratique quand tu laisses pousser tes cheveux. Celui-ci vient de la Boutique Lustre.

Mélodie : Je suis la fille de pub derrière le projet. Celle qui pense toujours un peu à l’aspect marketing du blogue. Je suis celle qui a envie de partager toutes ses belles trouvailles. Grande romantique, elle préfère parler de ce qu’elle aime plutôt de ce qu’elle déteste. Son accessoire mode aurait été cette paire de soulier Alexander Wang : http://www.alexanderwang.com/collections/footwear-and-accessories/spring-2011/lookbook/ (les 30) mais vu sa grandeur elle optera pour les pantalons taille haute à motif : http://www.allsaints.com/lookbook/womens/#/:lookbook:womens:aw10:668

Vous pouvez aussi les suivre sur Twitter : @mode34b

Mon dernier, et non le moindre, mon coup de cœur divertissement : Le Journal Twitter de MCGilles.

http://www.mcgilles.com/journal.html

Ou sur le site d’Infoman où il est chroniqueur :

http://www.radio-canada.ca/emissions/infoman/saison11/blogue.asp

Le Journal Twitter, c’est en fait une fausse couverture de revue à potin avec des « tweets » d’artistes québécois en tout genre. Qu’a donc tweeter de gênant Guy A.Lepage cette semaine? Quelles vedettes de la chanson s’envoient des tweets coquins? Que pense donc Alex Perron du nouveau Colisée? Bref, un survol de l’actualité Twitter en grandes lignes, une fois par semaine, et ce depuis un an. C’est parfait pour ceux qui n’ont pas Twitter, vous pouvez vous garder informer de ce que votre vedette préférée du hockey à manger cette semaine, par exemple. Pour la communauté Twitter, c’est devenu un honneur de faire parti du Journal Twitter de MCGilles.

« En fait, c’est une réflexion sur : qu’arriverait-il si Twitter était un média traditionnel, un journal papier ou un magazine hebdomadaire? Est-ce que les gens seraient aussi ouverts dans leurs propos? M’a écrit MCGilles. C’est aussi évidemment un clin d’oeil sur des affirmations parfois futiles mais comiques de nos stars québécoises. (Comment ne pas réagir au fait que Cœur de Pirate a mal au cœur ou que Herbie Moreau a envie de pipi?!) »

MCGilles reçoit beaucoup de commentaires par rapport à son Journal, plusieurs écrivent même des choses dans le but d’y êtres cités.

« Je pense également humblement que le Échos Vedette a repris le concept pour citer les meilleurs Tweets et Facebook de la semaine… »

Pour une expérience ultime, vous pouvez suivre le sympathique MCGilles sur Twitter : @mcgilles

Donc voilà, vous n’avez plus d’excuse pour remettre votre devoir à temps. Oups, je dois vous laisser, je suis en retard.

Xxx

C


FailQc

Si vous ne connaissez pas l’expression « FAIL », c’est que vous avez probablement passé les cinq dernières années à jouer dehors. Dans le sens où vous ne vous êtes pas branché à internet bien souvent. « FAIL »  et « WIN » sont des expressions qui circulent  depuis assez longtemps sur le web et qui veulent dire exactement ce qu’elles disent soit « échec » ou « victoire ». Donc un mauvais coup ou un bon coup. Bref, vous voyez le genre.

En voyant la popularité et l’engouement des gens pour le plus grand blogue anglophone sur le sujet, www.failblog.org, Jean-François Gagné-Bérubé, un jeune technicien informatique,  a voulu adapter l’idée pour nous, québécois et francophones. Ce fût la naissance de www.failqc.com. FailQc est un site humoristique qui réunit des photos et des vidéos de « FAIL » bien de chez nous, classés par catégories : Affiches, Internet, Médias, Ortograf, Petit peuple, Sports et Traductions boboches. On y retrouve des fautes d’orthographe ridicules sur des affiches, des traductions impossibles, des photos qui portent à confusion, des citations absurdes de personnalités connues…Bref, c’est un recueil de petits bijoux de la bêtise humaine. C’est totalement savoureux, on peut passer des heures sur le site à découvrir des idioties plus cocasses les unes que les autres. Comme FailQc est un blogue participatif, tout le monde peut… hé bien… participer. C’est sans prétention. L’épicerie près de chez vous vous offre un RABAIS DE 0$ sur les petits pois cette semaine, prenez ça en photo et envoyez-le sur le site. Votre avez surpris un ministre à dire un « si » avec un « rais » lors d’une conférence, envoyez le lien. Je dois l’avouer, je suis à l’affût du moindre « FAIL » question d’avoir mon moment de gloire sur le site. Vraiment, ça vaut la peine d’y jeter un coup d’œil. Pour vous donner un bon aperçu, voici le top 10 des « FAIL » 2010, monté par Jean-François pour le projet les Interwebs. Je me bidonne à tous les coups.

http://www.lesinterwebs.com/jours/top-10-des-meilleurs-fail-qc-2010-2/

FailQc fêtera son anniversaire le 11 mars prochain et pour l’occasion, un grand concours sera lancé. Les détails ne sont pas encore tous dévoilés, mais il y aura pour à peu près 1000$ de prix à gagner, en cadeaux des plus variés. Ça promet.

Félicitation à www.failqc.com , le projet d’un jeune homme d’ici, qui se classe maintenant comme le blogue humoristique le plus visité au Québec. Ça, c’est un gros « WIN »!

C


3gars.tv

Les trois filles de Comment survivre aux week-ends ont enfin trouvé leur alter ego. Heum… ou pas ! C’est vrai, les trois gars de 3Gars.tv ne sont pas nécessairement le genre de personnes que je présenterais à une amie qui cherche l’âme sœur. Pourtant, je suis certaine que Dany, Sylvain et Pascal (possédant respectivement des quotients intellectuels de 93, 89 et 112)  vont conquérir vos cœurs de fans de séries web.

3Gars.tv raconte les tribulations quotidiennes de (tenez-vous bien) trois gars ( !) dans la trentaine. Nous ferons donc la connaissance de Pascal, le gars qui se décrit lui-même dans le premier épisode comme le « gars frustré, qui chiale après toute », Sylvain, celui qui se passionne pour le feng shui et qui affectionne le rangement des épices en ordre alphabétique et Dany le gars avec la vie sexuelle « épanouie » ou « débridée». C’est selon. Nous les verrons évoluer dans leur vie de gars ordinaires de tous les jours, en collocation, en lendemain de veille, en pleine tactique de cruise, en joueurs de badminton et même en séance chez le psy !

La websérie est écrite par Pascal et Sylvain Guimond (aussi interprètes des personnages des mêmes noms) et réalisée par Pascal. Les deux cousins natifs de Trois-Rivières n’en sont pas à leur premier projet ensemble, puisqu’ils sont aussi créateurs de « La Garçonnière Story », une parodie de Loft Story qui a attiré plus de 50 000 visiteurs sur leur site et de « La Garçonnière Story 2 ». Le projet 3Gars.tv résulte en fait d’une émission spéciale du temps des fêtes à TVCOGECO, 3 Gars sur leur 31. Voici d’ailleurs le lien, pour les curieux.

http://www.tvcogeco.com/mauricie/gallerie/nos-emissions/1637-temps-des-fetes/11433-3-gars-sur-leur-31

Étant réalisateur à son compte, Pascal possède l’équipement nécessaire aux tournages, qui se font sans aucun budget. Il s’occupe aussi du montage. Les acteurs et artisans qui œuvrent sur 3Gars.tv sont aussi tous bénévoles, c’est donc à une équipe bien motivée et passionnée que l’ont doit cette excellente série. En effet, techniquement parlant, c’est réussi. L’image est soignée et il y a un beau souci du détail au niveau du montage visuel et sonore. Les acteurs ont une complicité qui crève l’écran et les textes sont écrits de manière à ce qu’on puisse s’identifier aux personnages, nous, belle jeunesse. Le tout est drôle, absurde et assez cru. Genre, on jase de vibromasseur. On est loin de Degrassi, là. Bref, je trouve qu’on s’attache très très vite à ces gars un peu simplets mais ô combien charmants. Les filles, ne vous laissez pas intimider par les protagonistes uniquement mâles, cette série web saura aussi vous plaire.

Le troisième épisode est maintenant en ligne sur kebweb.tv, allez y jeter un coup d’œil !


Petit moment de patriotisme

Je n’ai jamais encore vu mon enfant (inexistant) quitter le domicile familial, une larme à l’œil, le sachant livré à lui-même dans le vaste monde. J’ai par contre l’impression que c’est un peu ce que nous ressentons tous lorsqu’un artiste du Québec a du succès à l’extérieur du pays. Nous savons que nous aurons moins souvent l’occasion de le voir, que certes, il appellera de temps en temps mais qu’il devra quand même choisir d’accorder plus de temps soit à sa famille…soit à ses nouveaux amis! Bon bon bon. Toute cette jolie métaphore sur nos artistes qui réussissent de par le monde n’est en fait qu’une excuse bidon pour vous parler de deux de mes découvertes tardives de 2010. Que celui qui n’a jamais été ‘’out’’ me lance la première pierre. Bref, je veux introduire, pour ceux qui seraient pire que moi, des québécois qui font fureur loin de leur patelin : Arcade Fire et Charlotte Lebon.

Je connaissais déjà Arcade Fire, quand même, j’habite sur la même planète que vous. Mais je n’avais jamais tenté l’expérience The Wilderness Dowtown. The Wilderness Downtown est en fait un court métrage réalisé en HTML 5 qui fait office de clip pour la chanson We used to wait du célèbre groupe Montréalais. C’est tout simplement HALLUCINANT. Je ne connais pas grand-chose à ce genre de technologie, mais ce clip, c’est du jamais vu! Multiples fragments de vidéos, interaction et souvenirs de votre enfance sont au rendez-vous. Je ne veux pas vous vendre la mèche, car vous devez le voir par vous-même, mais sachez qu’on vous demande l’adresse de la maison de votre enfance avant de commencer le visionnement du clip. C’est magique. Si comme moi vous êtes de nature un peu nostalgique, vous verserez probablement une petite larme. Ce n’est pas pour rien que www.thewildernessdowntown.com a été sacré Site de l’année 2010 par le FWA (Favourite Website Awards)! À voir sur le plus grand écran possible.

Connaissez-vous l’histoire de Cendrillon? Sûrement. Alors remplacez Cendrillon par une mannequin québécoise de 24 ans, la pantoufle magique par Facebook et le Prince par le Canal+ en France. En effet, Charlotte Lebon s’est fait engagée comme Miss Météo pour l’émission Le Grand Journal après qu’une chasseuse de tête du célèbre canal Français l’ait aperçut, grimaçant sur une photo Facebook. Lorsque j’ai eu vent de cette nouvelle l’an passé, ça ne m’a pas émoustillée tant que ça; une montréalaise qui fait la météo en France c’est cool, mais bon… Lorsque j’ai entendu tout récemment que Mlle Lebon serait du prochain film d’Astérix et Obélix, la curiosité m’emporta en je me fis un devoir de visionner une des chroniques de Charlotte. J’étais plus que dans l’erreur! La sublime jeune femme au style qui rendrait jalouse Kate Moss ne parle absolument pas de la pluie et du beau temps : elle divertit toute la France en parlant de ses états d’âme, de l’actualité, et en discutant avec des invités comme Jude Law, Justin Timberlake, Rhianna, et j’en passe. Et ce, avec un aplomb, un charme, une aisance hors du commun ET son accent québécois qui a de quoi nous rendre fiers. En plus d’être belle à en coupé le souffle, elle a une tête sur les épaules et beaucoup de talent. Si, comme moi, vous n’étiez pas encore allez voir une de ses chroniques, vous pouvez les retrouver ici :

http://www.canalplus.fr/c-divertissement/pid2834-c-la-meteo-de-charlotte-le-bon.html

Bravo à nos Québécois!

Au moment d’envoyer ce billet, je m’envole pour Puerto Plata. Mais ne vous inquiétez pas. Je reviendrai.

Votre-globetrotteur-blogueuse,

C

Note: Catherine est au Mexique mais nous venons d’apprendre la nomination de Denis Villeneuve aux Oscars ! Wow!  Y’a de quoi être fiers!  Félicitations à M. Villeneuve et à toute l’équipe du film Incendies!  signé: L’équipe de Kebweb.TV